taraxacum.officinalis (taraxacumoff) wrote,
taraxacum.officinalis
taraxacumoff

BINGO livres: Carton plein

Crossposté hier sur bingo_livres

J'ai bien cru que je n'allais pas y arriver... Ceci dit, ce petit coup de speed des dernières semaines m'a aussi permis de faire des découvertes très sympas et imprévues, juste parce que le livre visé à l'origine était sorti à la bibliothèque/pas en stock chez le libraire et que sa date de retour/de livraison n'allait jamais suffire.
Résultat, j'ai lu des romans et autres délicieux auxquels je n'aurais pas pensés en premier!! Et il y a dans cette liste beaucoup d'oeuvres à qui j'ai mis la note maximum sur Babelio tant elles m'ont enchantées.

Un livre en rapport avec la forêt: L’appel de la forêt de Jack London
Un livre en rapport avec le feu Cratères en feu d'Haroun Tazieff
Un livre en rapport avec la nourriture Julie et Julia de Julie Poowell
Un livre avec des pirates Les pirates ! dans : Une aventure avec les savants de Gideon Defoe
Un livre que vous vous promettez de lire depuis des années Janua Vera de Jean-Philippe Jaworski
UchronieLes îles du Soleil de Ian R. MacLeod
Un livre édité l'année de votre naissanceMeurtres sur Vulcain de Jean Lorrah
Romance Blue de Kiriko Nananan
Un livre donc vous aimez beaucoup la couverture Contes et légendes du pays de Montbéliard. d'Alfred Foct
Un livre du 18e siècle Moll Flanders de Daniel Defoë
Littérature allemande Le marchand de sable d'Hoffman
Un livre d'un auteur auquel vous avez décidé de laisser une seconde chance Jean Ziska de George Sand
JOKER Un livre adapté au cinéma ou en série Lonesome Dove : le dernier western. 2 de Larry McMurtry
Un livre en rapport avec l'eau Sailor Twain de Mark Siegel  
Un livre d'un auteur plus connu pour sa carrière dans un autre domaine Just Kids de Patti Smith
Littérature chinoise Servir le peuple de Lianke Yan
Littérature d'Europe de l'est La guerre des salamandres de Karel Čapek
Un livre en rapport avec la ville Le Goût de Beyrouth (Collectif)
Un livre en rapport avec l'air
Robur-le-conquérant de Jules Verne
Littérature d'Asie Une odyssée birmane de Pascal Khoo Thwe
Un livre du 19e siècle Par le fer et par le feu de Henryk Sienkiewicz
Un livre du 21e siècle Solo, une nouvelle aventure de James Bond de William Boyd
Un tome d'une série qui n'est pas le premier La Royale Maison de Savoie, tome 2 : Leone-leona d'Alexandre Dumas
Un livre avec un anti-héros Les salauds gentilshommes, tome 3 : La république des voleurs de Scott Lynch
Littérature scandinave
L'empereur du Portugal de Selma Lagerlöf



Un livre en rapport avec la forêt: L’appel de la forêt de Jack London:
  Comme beaucoup de lecteurs, j'avais lu enfant Croc-Blanc, mais ensuite, je n'ai découvert de Jack London que des œuvres plus destinées aux adultes , comme Le Bureau des assassinats. L'appel de la forêt est cependant un court roman que j'ai énormément apprécié et que les adultes peuvent aimer, littérature jeunesse ou pas.
Les premières pages à vrai dire ne sont pas mes préférées , mais dès que ce pauvre Buck a gagné le grand Nord....Fantastique ! Une symphonie tout en blanc, dure comme le milieu que Buck découvre bien malgré lui. On sent le vent hurler, le froid mordre et les chiens de traineau lutter les uns contre les autres dans une lutte de pouvoir. On y croise des humains bêtes et cruels, mais aussi d'autre plein d’affection bourrue , on tremble pour l'équipage de chiens dans ce milieu hostile, toujours le ventre creux, parfois bien menés par d'intelligents patrons, parfois maltraités par des imbéciles, mais toujours tirant dur le traineau sur la piste. On sent que London connaît bien le milieu qu’il décrit et ce classique de la littérature jeunesse peut être mis entre n'importe quelles mains !

Un livre en rapport avec le feu Cratères en feu d'Haroun Tazieff
Publié pour la première fois en 1951, Cratères en feu peut toujours enchanter et charmer le lecteur curieux. Autant prévenir tout de suite: si la géologie en général, et les volcans en particulier, vous laissent totalement froids, ce n'est pas pour vous! En effet, si on trouve d'autres choses dans ce livre, comme une ode à la curiosité humaine qui pousse encore et toujours au pourquoi, au comment, à la découverte, à être le premier à descendre dans tel cratère ou à parcourir tel coulée, on y trouve aussi beaucoup de vulcanologie et aussi finement que cela soit rédigé, si vous y êtes allergique, ça part plutôt mal...
Si vous aimez cela au contraire, comme c'est mon cas, vous vous régalerez. Ce n'est pas un texte scolaire, c'est plus un récit d'explorateur, d'un passionné, et cela vibre de sa fascination pour cette manifestation majestueuse de l'activité interne du globe. Il ne cache rien de la beauté des volcans, mais aussi de leurs dangers, aussi bien pour l'amateur mal préparé qui paiera une envie de visite dépaysante au prix fort, que pour les populations attirées par les sols fertiles, et vivant dans des zones à risque.
Les amateurs, ou tout simplement les curieux à l'esprit ouvert, trouveront dans cet ouvrage une excellente lecture.


Un livre en rapport avec la nourriture Julie et Julia de Julie Poowell
faudrait me présenter, ou pas, l'esprit malveillant qui a transformé le titre suivant : "Julie & Julia 365 Days, 524 Recipes, 1 Tiny Apartment Kitchen", en cette horreur racoleuse de Julie et Julia : "Sexe, blog et boeuf bourguignon. "
Franchement ? Ils voulaient vraiment le vendre ce bouquin?
D'un titre qui n'était peut être pas fantastique mais laissait bien imaginer les péripéties réelles de l'ouvrage, la façon dont l'auteur se lance dans un défi un peu illogique pour des raisons que je laisserai découvrir aux lecteurs, on produit un titre destiné à faire appel aux plus bas instincts des dits lecteurs.
Lecteurs qu'on pense apparemment d'ailleurs totalement idiots, puisque le sexe n'est pas du tout le sujet du bouquin et qu'on est loin de cette littérature qui se veut féministe mais présente toujours le personnage masculin principal comme la solution à tous les problèmes féminins et qui prend donc les lectrices pour des idiotes tout en collant des modèles impossibles à tous les mâles de leur entourage.
Vous voilà prévenus. Si Julie apprend quelque chose, c'est par elle même, même si son mari est un personnages des plus positifs. Cela parle de cuisine, de joie de vivre et de dépression et de la difficulté à tuer un homard pour la première fois...
A vrai dire, la deuxième partie du titre m'avait heureusement échappée lorsque j'ai ouvert le roman: l'exemplaire que j'avais entre les mains était la version poche plus sobrement intitulée Julie & Julia, je ne l'aurais probablement pas lu sinon.
Cela aurait été dommage : ce n'est pas le prochain Nobel de littérature qu'on tient là, mais c'est des plus plaisants à dévorer, C'est drôle, vraiment, et j'ai passé un moment de lecture très sympathique.

Un livre avec des pirates Les pirates ! dans : Une aventure avec les savants de Gideon Defoe
Léger, malgré un certain nombres de passages à la planche & autres éventrements, enlevé, plein d'un humour un peu absurde, c'est une petite lecture agréable, qui ne vous plaira réellement que si la logique d'un scénario ou la vraisemblance historique ne sont pas des pierres d'achoppement pour vous!
Le capitaine pirate, sa barbe luxuriante et son équipage dont il n'arrive pas à retenir les noms, croisent la route du Beagle et de Darwin et, par un scénario complètement loufoque, se retrouvent à Londres, à croiser le pauvre Elephant Man et à tenter de démonter le complot d'un esprit retors tachant de faire tomber Darwin.
C'est totalement barré et juste ce qu'il me fallait là !

Un livre que vous vous promettez de lire depuis des années Janua Vera de Jean-Philippe Jaworski
Janua Vera est la preuve qu'une nouvelle peut offrir une grande richesse et se suffire à elle-même. Oui, chacun de ses textes se situe dans le même univers et permet au lecteur, de nouvelles en nouvelles, d'approfondir ses connaissances sur les règles qui régissent celui-ci, son histoire et ses ses secrets, mais il n'en reste pas moins qu'elles tiennent debout toutes seules, tant le personnage principal et le récit sont à chaque fois habilement campés.
L'auteur réussit un exploit rare: un recueil sans canard boiteux, sans qu'une nouvelle ne soit pas au niveau et projette une tâche d'ombre. Non, chaque texte est délicieux, foutrement plaisant, qu'il s'agisse des démêlés d'une canaille dans une ville rappelant l'Italie, et la Venise de la grande époque , d'une nouvelle de chevalerie, d'une petite paysanne avec trop d'imagination pour son bien...Tour à tour, l'auteur fait jouer l'humour, la peur, la tristesse, nous offrant la gamme complète et une perle de fantasy.

Uchronie: Les îles du Soleil de Ian R. MacLeod
Les îles du Soleil est une uchronie fascinante et bourrée de suspense que j'ai dévorée avec bonheur et que je recommande chaudement. Je manque de points de référence en matière de romans uchroniques pour vous dire s'il est plus convainquant, moins convainquant que telle ou telle œuvre, mais il est fascinant, autant dans le personnage principal et son cheminement que dans sa réflexion sur l'histoire et la façon dont il construit le changement de l'histoire telle que nous l'avons connue.
Ian R. MacLeod bâtit son roman sur le point de départ suivant: la Grande-Bretagne et la France ont perdu la première guerre, où les USA sont finalement intervenus bien trop tard, bien trop peu. Si la France s'est apparemment relevée, jusqu'à commencer à bâtir l'Europe en compagnie de l'Allemagne et des Pays-Bas, ce n'est pas le cas de la Grande-Bretagne. L'Irlande s'est révoltée, a fait sécession, puis le pays a sombré dans une grave crise économique...qui a vu l'émergence d'un nouveau parti, le Modernisme, et de son leader, John Arthur. Le pays est désormais la Très-Grande-Bretagne, refusée par la Société des Nations, un pays qui semble idyllique en surface mais où il ne fait pas bon être juif, gitan, homosexuel, étranger....Il est d’ailleurs bon de signaler à quel point l’auteur est doué pour décrire cette société qui semble tellement semblable au premier abord à une caricature de l’Angleterre telle qu’on l’imagine et la fantasme, puis se révèle peu à peu glaçante…
En 1940, un universitaire vieillissant du nom de Geoffrey Brook apprend qu'il a un cancer inopérable. Depuis de longues années, il mène une vie calme à Oxford, troublée seulement de l’inquiétude que son secret soit connu, à savoir qu'il aime les hommes. J’ai trouvé d’ailleurs brillant le portrait que fait MacLeod des amours clandestines de Brook et aussi des ressorts psychologiques du personnage à ce sujet, mais ce serait en révéler trop qu’en dire plus en sur le sujet. En effet, son homosexualité n'est pas le seul secret dont il est le dépositaire et la fin qui s'approche l'amène à se poser mille questions sur la nature de l'histoire, et sur l'influence que peut avoir un seul homme.
C'est passionnant, fascinant, brillant dans sa mise en oeuvre et dans son écriture et impossible à reposer avant d'en arriver à la fin.

Un livre édité l'année de votre naissance Meurtres sur Vulcain de Jean Lorrah
Avec un faible pour les polars et un faible pour Star Trek, je pouvais difficilement passer à côté d'un des romans Star Trek sous forme d'énigme policière...
Venus sur Vulcain pour tenter de sauver un de leurs hommes grâce à une technique médicale expérimentale mise au point sur place, Spock, Kirk et McCoy sont confrontés à la première série de meurtres que connaît la planète depuis plusieurs millénaires. Autant dire que les habitants du cru sont peu équipés pour résoudre ça et qu'aussitôt Kirk s'imagine en émule de Sherlock Holmes!
Reconnaissons que pour un amateur de roman policier, mettre le doigt sur le meurtrier n'était pas excessivement difficile, ce n'est donc pas tellement à lire pour le dénouement, plus pour le plaisir, une lecture de vacances agréable et délassante....

Romance : Blue de Kiriko Nananan
Endo Masami et Kirishima Kayako sont lycéennes et dans la même classe mais ne se fréquentent pas réellement. D'ailleurs personne n'interagit vraiment avec Endo depuis qu'elle a été mise à pied plusieurs jours l'année précédente, pour des raisons inconnues et quand Kirishima fait le premier pas du rapprochement, son intérêt dépasse très vite les limites de l'amitié...
Blue est une étrange BD, un peu fascinante, un peu frustrante et assez agréable, une fois qu'on a réussi à distinguer les différentes protagonistes par leur coupe de cheveux parce que pour les traits du visage...(évidemment dès que vous aurez réussir à retenir qui est qui, l'une des héroïnes demandera à l'autre de lui couper les cheveux! ). Malgré le thème lycéen, je trouve que c'est assez dépourvu de naïveté, par exemple sur les non-dits et tous ce qu'ils peuvent entraîner, ou sur les choix qu'on peut être prêt à faire pour se sentir proche d'un être cher, sans que celui ci n'ait rien demandé de tel !
Une BD agréable sur le délicat passage à l'âge adulte...

Un livre donc vous aimez beaucoup la couverture Contes et légendes du pays de Montbéliard. d'Alfred Foct
Pour les amateurs de légendes locales, un joli petit recueil illustré (et aux cahiers montés dans le mauvais ordre, mais je ne sais pas si c'est le cas de tous ou juste du volume trouvé chez un bouquiniste par mes soins), plus légendes que contes malgré le titre. On sent l'ancrage local, le pays de Montbéliard assez différent du reste de la Franche-Comté, entre autre pour des raisons religieuses, c'est vraiment des légendes plus que des contes à visée morale.
C'est de l'histoire locale transformée par le prisme du fantastique; vouivres et dames blanches, et la Tante Arie et son petit âne enchanté... Certaines sont mieux que d'autres, comme souvent dans ce genre de cas, et pour une part d'entre elles, on se demande un peu où le conteur veut en venir, mais pour une franc-comtoise, c'est toujours plaisant, amusant, avec pas mal de termes de patois ou de caractéristiques locales disséminées ici et là , parfois franc-comtoises, parfois typiques de Montbéliard.
Une lecture très agréable mais plutôt pour les franc-comtois ou les amateurs du genre.

Un livre du 18e siècle Moll Flanders de Daniel Defoë
Etrange oeuvre, un roman qui peut étonner le lecteur moderne, à qui il faudra un instant pour s'habituer à la dureté du monde de Moll Flanders.
Pour être honnête, j'ai peiné un peu pour arriver au bout: les malheurs de la dame sont un peu répétitifs et elle semble incapable d'apprendre de ses erreurs, que ce soit dans sa manie de préférer les paniers-percés bien habillés ou les gentils escrocs aux solides bourgeois honnêtes, ou dans sa carrière criminelle où, devenue aisée, elle est cependant incapable de s'arrêter, désirant toujours plus, et finie évidemment prise!
Si le personnage est moyennement sympathique, c'est tout de même une plongée intéressante dans la vie qui s'offrait aux femmes de l'époque, et qui était loin d'être facile, , entièrement à la merci des hommes.Ceci dit dit, je n'ai pas tant envie de plaindre la dame: oui, elle nait dans des conditions difficiles et semble poursuivie par la guigne, mais son orgueil et sa haute idée de sa personne n'aident pas!
Un classique anglais intéressant mais parfois un peu long.

Littérarture allemande Le marchand de sable d'Hoffman
Court texte fantastique, le marchand de sable, apparemment aussi parfois édité sous le titre de L'Homme au Sable, est ma première visite dans l'œuvre d'Hoffman et cela s'est révélé un texte très plaisant.
Nathanaël, narrateur de la première partie et héros malheureux de la seconde, a gardé de l'enfance une terreur folle du marchand de sable, dont sa nourrice lui expliquait qu'il volait les yeux des enfants et dont il mélange le souvenir avec celui de mort de son père dans de tragiques circonstances. Et voilà que séjournant pour ses études dans une autre ville, il croit le retrouver sous de nouveaux traits...
Le jeune Nathanaël est-il fou, ou la victime d'un être fantastique et terrible se dissimulant sous les traits de l'avocat Cornélius puis sous ceux du marchand de baromètres Coppola ? La réponse n'est jamais claire et le lecteur lui aussi ne sait plus trop démêler le vrai du faux. C'est du fantastique comme on en écrivait autrefois: peu d'événements finalement, tout dans l'ambiance, qui se fait peu à peu glaçante, et dans la certitude que tout cela tournera très mal!
Très plaisant et un excellent premier contact avec cet auteur!

Un livre d'un auteur auquel vous avez décidé de laisser une seconde chance Jean Ziska de George Sand
 Plus jeune, sans doute trop jeune, j'avais lu La mare au diable ...et j'avais surtout trouvé que cela avait méchamment vieilli. Je m'étais toujours dit que c'était dommage que cela me donne des préjugés sur l'oeuvre de George Sand et qu'un jour, je réessaierai...Apprendre qu'elle avait écrit un roman historique, sur une figure tchèque que je trouve fascinante, était une excellente raison de réaliser ce souhait. Jean Ziska , Jan Žižka dans une version non francisé, était un général hussite qui avait la particularité de flanquer des déculottés aux armées impériales alors qu'il était borgne puis aveugle. Une grande figure de l'histoire de la Bohème, il n'est pas très connu en France, mais quand vous visitez Prague, les hussites et leur histoire, vous en entendrez parler à chaque coin de rue!
Alors, que vaut ce livre?
Pour être honnête, c'est plus une curiosité qu'autre chose. Sand s'appuie sur des textes d'historiens qu'on sait aujourd'hui dans le faux et l'éditeur a fait un excellent travail dans ses notes des bas de page pour rétablir quelques faits. Elle s'intéresse plus au côté hérésie hussite et lutte contre le clergé catholique qu'à la partie histoire , on passe parfois vraiment très vite sur des éléments importants, et elle choisit nettement son camp, ce qui en fait une oeuvre assez partiale, parfois à l'excès. Cependant, d'autres points sont très intéressants. Elle rend parfaitement le morcellement du mouvement hussite, les luttes d'influences entre modérés et radicaux, les horreurs de la guerre, de l'époque, les exactions de tous les camps....

Je le conseillerai aux curieux de l'histoire de la Bohème, de l'histoire des religions, à ceux qui trouvent que les romans historiques ne renouvellent pas leur sujet....et moi, j'avoue, j'ai commencé à me réconcilier avec Sand!


JOKER Un livre adapté au cinéma ou en série Lonesome Dove : le dernier western. 2 de Larry McMurtry
Après avoir dévoré le tome 1, voilà que j'ai fait subir le même destin au tome 2... Et vous savez quoi: c'est fantastique, c'est prenant, c'est tragique, c'est drôle, c'est foutrement bien écrit, et c'est à mettre sur vos listes de lecture de toute urgence!
Le voyage de la Hat Creek Cattle Compagny n'est pas moins compliqué ou dangereux que dans le tome 1: la nature est hostile, les bandits légions, les malentendus mortels et il suffit d'un instant pour être mort. Ce n'est pas un de ces westerns avec des chevaliers blancs sous le Stetson non plus: les cow-boys de Larry McMurtry sont désespérément humains, faillibles donc. Ce qui ne les empêche pas d'être parfois des durs à cuire et plus d'une personne se cassera les dents sur les deux vieux rangers que sont l'inénarrable Gus et son silencieux acolyte. Toute la galerie de personnages est intéressante, d'ailleurs, pas juste ces deux vieux zigotos, de Newt, qui doit peu à peu apprendre que ses héros sont aussi humains que lui, de Clara, l'ancien amour de Gus, une maîtresse femme qui sait aussi bien mener les chevaux que les gens, mais qui préfère les chevaux selon moi, à ce pauvre shérif July pas vraiment de taille une fois sorti de son patelin...
Je confesse avoir ricané, avoir pleuré, avoir trépigné d'excitation dans les passages les plus épiques et m'être tout simplement passionné.

Un très grand roman, passionnant, qui vous fera vibrer de bonheur. N'hésitez pas!

Un livre en rapport avec l'eau Sailor Twain de Mark Siegel  
D'étranges êtres peuplent l'Hudson. C'est en tout cas ce que le capitaine d'un vapeur doit admettre en y repêchant une sirène, blessée d'un terrible coup de harpon à la queue. Il fait un pacte avec elle: il la soignera et la cachera jusqu'à ce qu'elle soit en état de replonger,mais jamais, jamais elle ne doit lui faire entendre son chant. Le marché conclu, on se laisse peu à peu happer par la vie à bord du vapeur, qui semble toujours si répétitive alors que la bateau monte et descend le fleuve, mais n'est en fait que l'eau qui dort. Les passagers vont et viennent mais l'équipage est toujours là et il semble qu'il se passe d'étranges choses à bord. Quid du comportement de Lafayette, le propriétaire? Est-ce simplement un cavaleur amateur de jupons ou est-ce plus compliqué? Et qu'est devenu son frère, le fondateur de la compagnie, mystérieusement disparu? Lafayette semble persuadé qu'il est vivant, mais alors pourquoi ne quitte il jamais le fleuve pour le chercher? Et ce mécanicien sourd est louche aussi...
La première chose qui frappe en ouvrant cet album est le trait: tout en noir et blanc, très doux et expressif, il convient parfaitement à l'ambiance onirique et se marie parfaitement avec le récit. Le récit en lui même est riche et nuancé, avec un scénario que j'ai trouvé très bien pensé. Un petit mot quand même sur la sirène: c'est une figure mythologique que je trouve parfois un peu sexiste, la vilaine femelle séduisant les pauvres mâles sans défense et les menant à leur perte sans qu'on comprenne trop ce que ça lui apporte, ça va cinq minutes mais franchement, ça manque complètement d'originalité depuis Homère et ça vire parfois au cliché. Ici, cet écueil est évité: la sirène a ses propres motivations, qu'on découvre petit à petit, et d'autres personnages féminins intéressants émaillent le récit. Un en particulier, mais ce serait vous gâcher une révélation qui n'arrive pas tout de suite d'en dire plus.
Je l'ai lu et relu avec plaisir et maintenant qu'il faut que je le rende à la bibliothèque, je vais vous avouer un truc: j'ai très envie d'aller l'acheter!
Une délicieuse découverte que je recommande chaudement.

Un livre d'un auteur plus connu pour sa carrière dans un autre domaine Just Kids de Patti Smith
Il y a longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de lire de biographie d'une figure contemporaine, un type d'ouvrage que j'évite généralement. Cela a été en fait une très agréable surprise et la preuve qu'il faut que j'arrête de dire que je n'apprécie pas tel ou tel genre, parce que tous les genres ont leurs oeuvres fascinantes.
Comme celle-ci, d'ailleurs, où Robert Mapplethorpe se dessine sous la plume de Patti Smith, en même temps qu'une époque tellement perdue de nos jours qu'on a du mal à imaginer ce que c'était.
C'est assez poignant et je dois dire que l’effervescence artistique qui en jaillit est très plaisante. L'inconvénient reste que comme je ne connais rien à cette période, il y a sûrement plein de choses qui m'ont échappées, de personnes ayant ensuite brillamment éclairé le monde des arts dont le nom ne me disait strictement rien, mais ma foi, c'est un début sur le sujet et un début brillant !

Littérature chinoise Servir le peuple de Lianke Yan

184 pages, c'est la longueur de Servir le Peuple. Rien d'un pavé, donc, laissez lui sa chance même si le style vous déboussole un peu au début, sans parler du sujet.
L'histoire de ces deux amants qui massacrent des bustes de Mao en guise de préliminaires,avouez que ce n'est pas courant!! C'est certainement plus marquant pour un lecteur qui en sait plus que moi sur la Chine révolutionnaire, il y a apparemment pas mal d'endroits où par exemple des slogans révolutionnaires sont parodiés. Néanmoins, même avec mon peu de connaissance, une fois que je me suis habituée au style un peu fleuri, j'ai pu apprécier l'ambiance iconoclaste et ironique très sympathique.
Une petite découverte plaisante, n'hésitez pas à tenter!

Littérature d'Europe de l'est La guerre des salamandres de Karel Čapek
Voilà un énorme coup de coeur, le roman qui m'a le plus enthousiasmée ces six derniers mois, un livre que je recommanderai à tout le monde et que je vais probablement offrir à tour de bras !
Je ne comprends pas , d'ailleurs, que ce livre ne soit pas plus célèbre: brillant et drôle à la fois, avec une écriture épatante et originale et juste ce qu'il faut de critiques sur l'humanité et ses travers, vus par le prisme d'une étrange uchronie, c'est un de ces romans qu'un lecteur n'oublie pas.
La guerre des salamandres commence comme un roman d'aventures maritimes et exotiques : un capitaine tchèque au verbe coloré (il a appris le malais pour avoir de nouveaux jurons ) découvre dans les îles de la Sonde une espèce totalement inconnue de salamandres bien plus grandes que leurs semblables, vivant en eau salée... et surtout intelligentes. Il monte aussitôt un partenariat avec elles: elles fournissent les perles et lui les moyens de se défendre contre les requins et de s'étendre à d'autres îles...
C'est le début d'un ovni littéraire où l'auteur joue avec les formes, les langues, la bêtise humaine, où il critique tout azimut à la fois le capitalisme, le syndicalisme et tous les- ismes qui lui tombent sous la main, et plus généralement la bêtise humaine en réussissant à rendre tout cela très joyeux par une écriture et une mise en forme exceptionnelle de satire loufoque.
Très imaginatif, délicieux, intelligent, un roman à recommander à toutes et tous sans la moindre hésitation.

Un livre en rapport avec la ville Le Goût de Beyrouth (Collectif)
J'aime beaucoup le principe de cette petite collection : une flopée de petites scènes, d'extraits, de différents auteurs à travers les âges pour appréhender une ville sous toutes ses facettes et en découvrir différentes époques.
Pour être honnête, je ne suis pas convaincue par cet opus là, par contre. J'ai loué Le Goût de Beyrouth par curiosité, je ne savais pas grand chose sur la ville au début. Résultat, les extraits étaient sans doute trop courts pour éveiller réellement mon intérêt. Tant qu'à faire, j'aurais du choisir une ville que j'ai eu l'occasion de visiter, cela m'aurait parlé et permis d'entrer réellement dans le volume! Reste le plaisir de certains textes d'une grande beauté et la simple curiosité intellectuelle en partie apaisée par les petits textes explicatifs sur l'histoire de Beyrouth qui accompagnent chaque extrait.


Un livre en rapport avec l'air Robur-le-conquérant de Jules Verne
Robur est aux airs ce que Nemo est aux profondeurs marines: un précurseur en avance sur son époque et le maître d'un espace qu'il est le seul humain à avoir su conquérir pour l'instant, faisant passer les tentatives d'autrui à coup de ballons pour des jeux d'enfant, à bord du fier Albatros !
Je dois reconnaître cependant que si adolescente, j'avais dévoré Vingt mille lieux sous les mers, j'ai moins accroché à Robur-le-conquérant. J'ai aimé, oui, incontestablement, mais sans être transporté, et c'est une bonne chose que ce soit plus court. Pour être honnête, j'ai trouvé Robur un brin tête à claque, mais après tout, je suis plus dur qu'autrefois envers les personnages, je trouverai peut-être ce cher Nemo insupportable aujourd'hui! Cela reste un bon Jules Verne, pas le meilleur que j'ai lu, mais un bon cru qu'on peut je pense recommander. D'ailleurs, j'ai assez envie de lire la suite, juste pour voir si Robur tient sa promesse de ne pas emporter son secret à jamais !

Littérature d'Asie Une odyssée birmane de Pascal Khoo Thwe
Tout simplement excellent et passionnant, Une odyssée birmane est un ouvrage que je recommanderai à tout le monde. L'ayant d'ailleurs loué, j'avoue que je vais probablement le chercher en librairie, tant il a su me plaire.
Il s'agit d'une autobiographie, qui a en plus des qualités littéraires indéniables, ce qui n'est pas toujours le cas dans cette catégorie. Pascal Khoo Thwe est un Padaung, le membre d'une tribu vivant au sud-est de la Birmanie, et un parcours exceptionnel l'a mené de son village, où son peuple vit encore comme il le faisait à l'époque de l'âge du Bronze, quand ils ont émigré dans la région, vers l'université de Mandalay, puis à la frontière thaïlandaise au sein de la rébellion karen, avant finalement d'émigrer vers Cambridge pour des études de littérature anglaise.
La partie la plus intéressante, en tout cas celle qui moi m'a le plus passionné, c'est celle sur sa jeunesse où il parle de la vie chez les Padaungs, de leurs traditions et de leur mode de vie et leur religion, dans le cas de sa famille un catholicisme teinté très fortement d'animisme depuis le passage de religieux italiens (son grand-père avait d'ailleurs au début enfermé le bon père, le prenant pour sorte d'animal étrange, à cause des chaussures...). C'est assez fascinant, et plein de poésie et de tendresse. Autant dire que cela ne le prépare pas vraiment au reste de son existence, le pauvre.
Pour le lecteur occidental franchement pas au point sur la Birmanie, c'est en plus une merveilleuse leçon d'histoire moderne, ancienne, de géographie, le tout dans un texte qui se dévore avec la facilité d'un roman.
A recommander.

Un livre du 19e siècle Par le fer et par le feu de Henryk Sienkiewicz
Henryk Sienkiewicz, je le connaissais uniquement en tant qu'auteur de Quo Vadis: à vrai dire j'étais persuadée, allez savoir pourquoi, qu'il n'avait écrit que ça, et bien 1/j'avais tragiquement tord 2/je ratais quelque chose.
Par le fer et le feu est un beau pavé de 700 pages qui traite du soulèvement de Khmelnytsky, un événement historique tout à fait réel. Pas de panique ceci dit si vous n'en aviez jamais entendu parler (comme moi, décidément à la traîne sur le sujet de la Pologne, ses écrivains et de son histoire) , l'histoire se dévoile peu à peu et que ce soit les personnes réelles ou les individus inventés, le lecteur lambda ne se retrouve pas perdu par tout ce beau monde. Et puis mes félicitations à l'éditeur qui a eu la bonne idée d'inclure des cartes précisant le découpage de l'époque et les lieux de l'action, sans cela j'aurais été un peu perdue dans ces régions où le découpage des frontières est différent de celui d'aujourd'hui.
On comprend très vite les raisons du succès de ce roman : ode à la Pologne écrite à l'époque où celle-ci était privée de son indépendance, empli à la fois d'un souffle épique et d'une certaine poésie, cela a quelque chose d'entraînant, un roman feuilleton au sens noble du terme: palpitant, bien écrit, attachant, avec des pointes d'humour, le genre qui vous fera trépigner et rêver... Le personnage principal a d'ailleurs tout du jeune premier à l'oeil vif récurrent dans ce genre d'oeuvre ! La langue est riche, agréable, jamais lassante et le mélange de figures historiques, comme le cosaque Bogdan Chmielniçki, ou inventées, est bien équilibré, ce qui n'est pas toujours facile dans un roman historique.
Non, la seule chose que j'aurai à redire c'est cela: pourquoi diable un éditeur n'a-t-il pas encore pris en main la publication du Déluge et de Messire Wolodyjowski, romans suivants dans la trilogie que cet auteur a consacré à la Pologne?

Un livre du 21e siècle Solo, une nouvelle aventure de James Bond de William Boyd
 Plus jeune, j'avais lu une partie des romans de Ian Fleming, à vrai dire il y a tellement longtemps que je ne suis plus sûre desquels. J'en ai gardé l'impression d'un James Bond bien plus faillible, et par là même humain, que dans les films. Ce qui n'empêche pas que Bond soit doté d'une flopée de caractéristiques qui rendent le personnage peu sympathique, mais qui font partie du mythe, en quelque sorte.
De William Boyd, j'avais lu , et énormément apprécié, La vie aux aguets, alors quand j'ai su qu'il avait écrit une oeuvre à la suite de celle de Fleming avec la bénédiction de ses descendants, j'avoue avoir été curieuse.
D'abord, il faut bien dire qu'il s'agit d'une lecture de distraction, et pas de grande littérature. Certes, c'est d'un niveau plus élevé que beaucoup de thrillers politico-policiers actuels, mais c'est surtout par la grâce d'un scénario qui, pour soigné, fait de son mieux pour rester réaliste en nous épargnant les conspirations loufoques ou les méchants dans des repères sous-marins. Pour ce Bond de 45 ans, plus proche de celui de Fleming que de ce celui des films, le monde n'est pas bien tendre et il n'a pas d'illusions: il n'est pas là pour sauver le monde mais pour défendre les intérêts de son pays, ici dans une histoire de guerre civile sur fond de pétrole.
Il y a toujours ces points qui me font râler, mais quelque part, ils font partie de l’exercice de pastiche respectueux auquel se livre l'auteur. Ce n'est pas le roman de l'année mais il tient toutes les promesses inhérentes à son cahier des charges.

Un tome d'une série qui n'est pas le premier La Royale Maison de Savoie, tome 2 : Leone-leona d'Alexandre Dumas
Leone-leona est le second volume d'une série sur la Maison de Savoie, un roman historique qui englobe à peu près du mariage de Philippe II avec la fille du roi de France à la mort d'Emmanuel-Philibert, avec un épilogue sur son fils. C'est tout de même moins réussi que le tome 1, avouons le.
Ce ne sont pas forcément les événements les plus repris d'habitude par les romans historiques et cela est agréable, mais l'histoire défile simplement, sans réussir à atteindre le côté épique qu'on recherche chez Dumas. C'est bien plus explicatif, sans qu'on frissonne jamais pour nos héros. A force de raconter simplement l'histoire, Dumas en oublie d'ailleurs un peu son protagoniste principale, souvent mis de côté au profit par exemple de la famille royale française. D'ailleurs, on s'attache peu ou prou au personnage; jamais on n'entre réellement dans sa tête, restant avec une vision très extérieure. Résultat, alors qu'il pourrait former une figure de roman intéressant, le pauvre semble un peu plat...comme les autres d'ailleurs, la mort d'Henri II est après tout est superbe sujet, mais là, elle ne m'a même pas émue, et hop, le cadavre n'est pas encore froid qu'on saute des années au lieu par exemple de présenter les luttes de pouvoir de la succession, ou l'état d'esprit du meurtrier involontaire...
Vu qu'il est loin d'être le meilleur Dumas, peut être à réserver aux forcenés ou d'histoire, ou de l'auteur.

Un livre avec un anti-héros Les salauds gentilshommes, tome 3 : La république des voleurs de Scott Lynch
Il y a plusieurs années, quand j'avais lu le tome 2 des Salauds Gentilshommes,Des Horizons Rouge Sang, je n'espérais plus qu"une chose: la sortie du tome 3 ! Et puis à force de vérifier toutes les semaines s'il s'annonçait, ça a fini par me sortir de l'esprit, quand un jour, complètement par hasard, posé sur la table des nouveautés à la bibliothèque...
Comprenez que je me sois jetée dessus avec l'enthousiasme du voyageur perdu débarquant dans une oasis, trépidante d'enthousiasme. E j'avais bien raison d'être enthousiaste: Locke et Jean m'ont salué dès l'entrée du livre comme deux vieux amis, toujours plein de verve et malice, m'ont fait découvrir une nouvelle citée de leur monde, Karthain, et malgré les années depuis les tomes précédents, j'ai éprouvé le même plaisir à dévorer celui-ci.
Il est complètement évident qu'il faut avoir lu les deux tomes précédents pour comprendre quelque chose à celui ci: bien que le thème principal du roman tienne en lui même, à savoir la mission de truquer des élections que les deux Salauds Gentilshommes acceptent, il n'en reste pas moins qu'ils sont englués dans leur passé, même en ayant changé de ville, portant les stigmates des morts de leurs amis dans le tome 1, par exemple, ou leurs relations complexes avec les Mages Esclaves après qu'ils se soient vengé de l'un deux...
Je ne peux que vous encourager donc à entamer Les mensonges de Locke Lamora, premier de cette série et vous promettre que la verve de l'auteur ne se tarit pas au cours de la série, pleine de rebondissements, d'humour, d'un subtil mélange de gouaille et de panache, de coups de théâtre, de personnages pittoresques au sein d'un univers riche et totalement fascinant.

Les salauds gentilshommes est décidément l'une de mes séries de fantasy préféré , n'hésitez pas!

Littérature scandinave L'empereur du Portugal de Selma Lagerlöf
Lu un peu par hasard, L'empereur du Portugal est un énorme coup de coeur que je recommande à tous !! Cela commence presque comme un conte, la naissance dans une pauvre chaumière d'une enfant qui se révélera aussi belle que le jour, et ça devient assez sombre, prostitution, folie, maltraitance de personnes âgées , mais muni toujours d'une sorte de luminosité, toujours esquissé, jamais montré,avec un ton qui garde sa fraîcheur, presque sa magie . Quelque soit la misère, les malheurs, de ses personnages jamais Selma Lagerlöf ne donne dans le misérabilisme.
Jusqu'où peut aller l'amour parental, l'amour filial ? Jusqu'à la folie? Si l'auteur nous présente plusieurs duo parents/enfants/parfois beaux-enfants, certains tragiquement salauds et d'autres réconfortants, le roman tout entier tourne autour du duo formé par Claire-Belle et son père Jan. Celui-ci tombera fou de sa fille dès le premier regard, dès qu'on lui met le petit paquet dans les bras, et quand elle partira à la ville et cessera de donner des nouvelles, il commencera à se raconter des histoires sur le destin merveilleux qu'elle vit très certainement, jusqu'à la penser devenue Impératrice du Portugal, ce qui ferait de lui l'empereur du même pays, d'où le titre un peu étrange pour un livre se passant en Scandinavie!
C'est bouleversant et délicieux et tout le monde devrait le mettre sur sa liste de lecture!
Tags: livre
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

    When you submit the form an invisible reCAPTCHA check will be performed.
    You must follow the Privacy Policy and Google Terms of use.
  • 0 comments